Ruth Benedict, Le Chrysanthème et le sabre

Benedict-Le-Chrysantheme-Livre-895487942_L
Couverture actuelle du livre Le Chrysthème et le sabre, de Ruth Benedict, 1ère publication en 1945.

En juin 1944, Ruth Benedict se voit confier la mission d’écrire un rapport sur les habitudes japonaises par les autorités Américaines, et ce à partir de témoignages de natifs japonais, de documentation sur le Japon rédigée par des Japonais, des coupures de presse ou encore de roman. Le tour de force de Ruth Benedict se situe dans le fait qu’elle ne soit jamais allée au Japon en personne et, pourtant, bien des japonais se reconnurent dans la description qu’elle a pu faire de leurs habitudes. C’est d’ailleurs en partie grâce à cette étude que l’Empereur du Japon ne fut pas destitué de la manière dont les Américains pensaient le faire au départ : en effet, l’auteure fit comprendre au dirigeants haut-placés des Etats-Unis l’importance capitale d’Hirohito dans les mœurs Japonaises.
De ses recherches, un livre, le Chrysanthème et le sabre, fut publié en 1946 aux Etats-Unis, puis en 1948 au Japon, et seulement 1989 en France. Celui-ci décrit avec précision les habitudes japonaises, afin d’aider les troupes américaines : « De tous ceux que les Américains combattirent jamais dans une guerre totale, les Japonais furent pour eux les plus différents. », nous dit  Ruth Benedict au début de son livre.
Loin des clichés véhiculés par Madame Chrysanthème, le Chrysanthème et le sabre nous explique, dans un premier temps, la position du Japon et la mentalité des Japonais par rapport à la guerre, avant de développer les habitudes de ceux-ci dans la vie quotidienne.
Ainsi, les natifs du Japon accordent une place importante au remboursement de toute chose, dans un échange le plus parfait possible : le nom donné à cette manière de faire est le « On « , et tout se sentira mal temps qu’il devra encore quelque chose. On note plusieurs nuances dans ces contreparties : on trouve tout d’abord le Gimu, composé du Chu (devoir envers l’empereur), le Kô (devoir envers ses parents) et le nimmu, relatif au travail. Vient ensuite le Giri, plus lié à l’honneur, qu’un Japonais doit respecter autant envers lui-même (ne pas souiller son nom, respecter les convenances…), qu’envers les gens auxquels on est liés (l’empereur ainsi que la famille proche et éloignée).
Là est le point le plus important de l’ouvrage, mais il en comporte de nombreux autres (comme les coutumes entre les hommes et les femmes, ou les notions de hiérarchies), chacun parfaitement détaillé. La culture japonaise est une « culture fondée sur la honte » nous dit Ruth Benedict, contrairement à la culture américaine ou Européenne, qui sont, quant à elles, plus fondées sur le pêché, et donc sur la culpabilité.

Ce livre a amené un contre-point de vue dans la vision du Japon que les occidentaux avaient, donnée, par exemple, par Pierre Loti dans Madame Chrysanthème qui était l’un des ouvrages de référence dans la compréhension du monde Japonais par les Européens. Le chrysanthème et le sabre possède, en revanche, comme le souligne Douglas Lummis dans son texte Ruth Benedict’s Obituary for Japanese Culture publié en 1980, un certain parti-pris : ainsi, les études menées R.Benedicte ont été quelque peu influencées par les témoignages des natifs japonais, pas nécessairement objectifs. Mais malgré tout, c’est grâce à cette étude que les Américains ont pu prendre des décisions rapides, alors qu’ils étaient dans un univers qu’ils ne connaissaient pas.

Le Chrysanthème et le sabre est un livre que je conseille, afin de mieux comprendre les habitudes japonaises -quelquefois toujours valables, ou au moins latentes- et permet de voir les productions japonaises d’hier et d’aujourd’hui d’un autre œil.

Pdlg

Sources :
http://luinil.blog.lemonde.fr/2008/03/26/%E6%9C%AC-livre-le-chrysantheme-et-le-sabre-ruth-benedict/
-http://ushi.over-blog.net/article-livre-le-chrysantheme-et-le-sabre-77704086.html
-http://funtoworkwith.me/post/73844698038/le-chrysanth%C3%A8me-et-le-sabre-de-ruth-benedict-de

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s